De l'atlantique à l'oural
RETROUVEZ NOUS SUR : www.daao.fr

Le nouveau site de l'association "De l'Atlantique A l'Oural" pour encore mieux échanger, et toujours sur facebook


Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» bonjour a toutes et a tous
Jeu 4 Juin - 13:11 par Admin

» sortie les 30 et 31 mai
Mar 19 Mai - 16:35 par duj59200

» fort d'ivry en uniformes 12 et 13 septembre
Lun 18 Mai - 9:21 par regious

» Sortie fin Septembre 2015 Charny.
Jeu 23 Avr - 11:26 par Gunther Wolf

» Un Alsacien pas si malgré-nous que ça
Mar 24 Fév - 13:17 par gugus68

» Présentation Guillaume
Sam 7 Fév - 17:54 par Guillaume

» Bonjour à tous
Sam 24 Jan - 8:54 par Hugues Ensminger

» Nous rejoindre sur facebook
Lun 12 Jan - 16:54 par Admin

» Présentation Nono
Jeu 25 Déc - 17:36 par gugus68

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Indice de fréquentation

Le Volkssturm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Volkssturm

Message  bruno le Sam 12 Mai - 11:40

Volkssturm (que l'on pourrait traduire par Tempête du Peuple) est le nom donné à la milice populaire allemande levée en 1944 et qui devait épauler la Wehrmacht dans la défense du territoire du Reich à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à la manière de la Home Guard britannique de 1940.

Le projet d'une mobilisation militaire totale du peuple allemand remonte aux suggestions du général Heinz Guderian de l'été 1944 qui vit à la fois le débarquement de Normandie à l'Ouest et le début de l'opération Bagration à l'Est. L'idée était de susciter une levée d'armes populaire fanatisée dans la lignée du Landsturm de 1813 qui libéra la Prusse de l'occupation napoléonienne.

Il prévoyait un appel sous les armes de tous les hommes valides de 16 à 60 ans dans des unités régionales qui épauleraient les forces armées « traditionnelles » dans la défense locale.

Mais le Volkssturm fut conçu comme un programme d'encadrement du peuple allemand, aussi bien politique que militaire; à ce titre, il jouait le rôle d'un catalyseur visant à fanatiser la résistance et ainsi à démoraliser les Alliés, en particulier occidentaux. Hitler craignait en effet que ne se reproduise la désastreuse situation intérieure de 1918, l'échec des offensives allemandes du printemps ayant entraîné l'effondrement du moral en Allemagne et le début des insurrections qui avaient amené l'effondrement de l'Empire (le « coup de poignard dans le dos »). Dans l'esprit de Bormann et d'autres membres du Parti, cette mobilisation avait aussi un caractère idéologique puisqu'elle devait symboliser la mobilisation totale de la race aryenne contre les hordes « ploutocrates » à l'Ouest et « judéo-bolchéviques » à l'Est.

Après l'attentat manqué du 20 juillet 1944, Hitler, de plus en plus méfiant à l'égard de l'Armée, décida de confier cette tâche au NSDAP - à la suite notamment des intrigues de son dirigeant, Martin Bormann.


Après la retraite générale de la Wehrmacht à l'été 1944, la situation des fronts se stabilise, essentiellement en raison des problèmes d'intendance et de ravitaillement rencontrés par les troupes alliées, tant à l'Est qu'à l'Ouest, du fait de l'étirement des lignes de communication, et du fait du durcissement de la résistance allemande1.
À la suite du complot du 20 Juillet 1944, sont créés les officiers nationaux socialistes d'action psychologique, pour reprendre en main l'armée, dans un contexte de plus en plus marqué de décomposition de l'armée et d'un front de l'Est fragilisé par la préparation de l'offensive des Ardennes2. Au milieu du mois d'octobre 1944, Aix-la-Chapelle est conquise et la Vieille Prusse menacée.

Dans son discours du 18 octobre 1944, Himmler réquisitionne tous les hommes de 16 à 60 ans et en appelle aux femmes. Fort de millions de recrues potentielles, le Volkssturm est en réalité une armée de bric et de broc: des soldats, inexpérimentés, dotés de panzerfaust, présenté comme une arme miracle, mais sans autre uniforme qu'un brassard3. Confiée au Parti, cette initiative souffre dès le départ du discrédit qui frappe le NSDAP depuis le déclenchement du conflit, mais plus encore de l'improvisation qui entoure sa création4. Exemple parmi d'autres des erreurs qui ont entouré cette dernière levée, l'affiche qui annonce à Stuttgart la mobilisation pour le Volkssturm reprend les mêmes couleurs et le même aspect que celles rendant public les exécutions capitales5.

Le personnel du Volkssturm fut réparti en quatre levées ( « Aufgebote » ), encadrées par les cadres du parti6 :
Les levées I et II étaient constituées des hommes les plus aptes physiquement, embrigadés dans les unités de défense/combat locales de la taille d'un bataillon, les unités de la levée I étant susceptibles de servir au niveau régional du Gau et celles de la levée II au niveau local du Kreis;
La levée III était constituée des jeunes de 16 à 20 ans, sous les auspices des Jeunesses Hitlériennes et avait pour mission première de ramener les jeunes mobilisables par l'armée à l'intérieur du Reich, loin des fronts, et d'assurer leur formation militaire de base en vue de la constitution des réserves de la Wehrmacht. Malgré l'image largement répandue par la propagande du Reich - et reprise dans l'imagerie d'Épinal de la 2ème guerre mondiale - la participation directe des Jeunesses Hitlériennes aux combats resta relativement marginale étant essentiellement le fait d'unités fanatisées sur le front de l'Est. Par contre, les Anglo-saxons captureront sur le front Ouest de nombreux jeunes volontaires des HJ engagés comme servants de la Flak (Luftwaffe)note 3 - y compris des « Helferinnen » féminines.
La levée IV regroupait les personnels moins aptes physiquement en les cantonnant dans des missions de sûreté et de garde (usines, gares, camps du STO,…), d'intendance (distributions de repas, etc…) ou administratives.

Les membres du Volkssturm ont donc pour la plupart déjà une occupation, soit dans l'industrie de guerre, soit dans d'autres organismes de défense ou l'administration publique civile ou para-militaire (RAD, RLB, etc…). Leur mobilisation devient effective lorsque leur secteur est attaqué après une phase de pré-alerte. Leurs « uniformes » sont, de ce fait, souvent composés d'effets civils constitués principalement de bleus de travail, salopettes ou uniformes de leurs organismes d'origine… ou des vêtements les plus chauds ou les plus usagés. Certaines unités « privilégiées » recevront de vieux uniformes de prise (tchèques, hollandais, polonais) ou dépareillés de l'armée.

Les combattants de cette milice ne sont rémunérés que s'ils participent activement aux combats.
Afin de mettre les membres du Volkssturm sous la protection des conventions internationales en vigueur à l'époque, notamment en matière de protection des prisonniers de guerre, et de leur éviter les rigueurs des lois de la guerre exposant les civils en arme à de graves mesures de représailles, il fut décidé, faute d'uniformes, de les doter d'un système simplifié de grades propre à cette organisation et de brassards attestant de leur appartenance aux forces arméesnote 4.
Mal armés, Ces soldats de fortune, trop jeunes ou trop âgés, sont équipés, pour les plus heureux d'entre eux, de panzerfaust, certains, notes des témoins n'ont même pas pu disposer d'armes à feu7.

Compte tenu du contexte politico-militaire de la Seconde guerre mondiale, l'on peut littéralement parler de « deux » Volkssturm selon que l'on s'en réfère à la situation sur les deux principaux fronts allemands. Certains dirigeants allemands couvant secrètement l'espoir d'une rupture du front uni des Alliés. Si on peut parler de deux Volkssturm, les pertes essuyées montrent l'ampleur de l'engagement de ces soldats de fortune: en effet, 175 000 hommes sont morts au sein de cette armée5, essentiellement issus de la Levée 1.

Le Volkssturm sur le Front Ouest

Les Volkssturmmannern du front Ouest firent dans l'ensemble preuve de moins de mordant que leurs camarades de l'Ostfront. Leur mission était également quelque peu différente puisque le Volkssturm dut aussi fournir des équipages aux positions du Westwall, libérant ainsi des unités de forteresse de la Wehrmacht qui purent ainsi être réaffectées aux Volksgrenadieredivisionen, les divisions populaires d'infanterie aux effectifs allégés. Il dut aussi contribuer à la construction de positions complémentaires et à l'érection d'obstacles antichars. Ainsi, au cours du siège de Metz par la IIIe Armée américaine, un bataillon de Volkssturmmänner, comptant environ 400 hommes, fut intégré au dispositif défensif de la ville. Compte tenu de l’urgence de la situation, les décisions furent prises très rapidement. Le décret du 25 septembre 1944 appelant la levée en masse des hommes de 16 à 60 ans entra en vigueur le 19 octobre 1944, dans les territoires annexés par le Reich. Dans le CdZ-Gebiet Lothringen, l’institution du Deutscher Volkssturm fut applicable deux jours plus tard, soit le 21 octobre. Le SA-Gruppenführer Caspary reçut pour mission de lever immédiatement 12 bataillons dans le Gau Westmark. Placé sous l’autorité de Vollrath Lübbe, ces bataillons devaient notamment renforcer la 462e Volks-Grenadier-Division engagée depuis septembre dans la bataille de Metz. L’incorporation du Volkssturm Metz eut lieu à la Bayern-Kasern de Metz, à partir du 1er novembre 19449. Ce bataillon se composait essentiellement d’anciens fonctionnaires de police et de vétérans de 14-18 âgés de plus de 45 ans, mais aussi de jeunes de la Hitlerjugend âgés de moins de 18 ans, et de réfractaires de l’armée allemande. La capacité de combat de ce bataillon ayant été considérée, par le commandement allemand, comme nulle, et sa fidélité très réduite, les hommes du Volkssturm Metz furent placés sous l’autorité d’un Major de l’Ordnungspolizei et relégués à des tâches de maintien de l’ordre et de défense passive10. Les servants de batteries de la flak en particulier furent ainsi remplacés à Metz par des membres de la jeunesse hitlérienne et des Volkssturmmänner11.

Mais si la motivation des Volkssturmmanner sur le front Ouest fut plutôt tiède, leur résistance fut loin d'être purement symbolique, comme le relate John Russell dans son ouvrage No Triumphant Procession (cfr Bibliographie) retraçant les opérations anglo-canadiennes dans le Nord de l'Allemagne.

Le Volkssturm sur le front Est


Engagée aussi sur le Front de l'Est, la Volkssturm est utilisée dans les dernières batailles, à Königsberg, à Breslau et à Berlin, mais ces unités essuient des pertes importantes, entre soldats mis hors de combat et déserteurs, dans des combats acharnés12. les éléments de la Volkssturm se battent avec ardeur, comme l'ensemble des unités qui y sont engagées, galvanisées par les sentiments anticommunistes et les rumeurs qui circulent sur le comportement des soldats de l'Armée Rouge envers les civils12.
Dans les combats de rue qui émaillent les opérations sur ce front, les unités du Volkssturm se révèlent d'une efficacité redoutable, avec leur armement léger et leur connaissance du théâtre sur lequel ils se battent13.


Les dates de l'histoire du Volkssturm

Prestation de serment d'une unité berlinoise 20 juillet 1944 : attentat contre Hitler.
21 juillet 1944 : Heinrich Himmler est nommé commandant en chef de l'Ersatzheer, Heinz Guderian étant nommé à la tête de l' OKHnote 2.
Début septembre : Hitler accepte l'idée de Guderian de créer un Landsturm sous l'autorité conjointe de l'Armée et des SA. Martin Bormann suggère que le Parti National-socialiste - dont il est le dirigeant - prenne seul sous sa coupe une milice populaire, la Volkswehr (litt. Armée populaire)
25 septembre 1944 : publication du décret de Hitler créant le Volkssturm, sous la direction et la responsabilité des Gauleitern du Parti mais sous encadrement de la Wehrmacht
7 octobre 1944 : les premières unités sont engagées sur le front de l'Est à Mémel
18 octobre 1944 : commémorant la victoire de Leipzig, Himmler annonce officiellement à la radio berlinoise la création du Volkssturm. L'enrôlement de masse commence à la fin du mois.
10 novembre 1944 : engagement des premières unités sur le front de l'Ouest au cours de la bataille de Metz aux côtés de la 462e Volks-Grenadier-Division
12 novembre 1944 : prestation de serment de masse des unités du Volkssturm sur tout le territoire du Reich
1er avril 1945 : encerclement de la Ruhr par les Américains : 300 000 Allemands capitulent le 18 dont de nombreux Volkssturmmanner
22 avril 1945 : les Russes encerclent Berlin
9 mai 1945 : signature de l'acte de capitulation allemande
juin 1945 : les Alliés occidentaux libèrent les membres du Volkssturm et des soldats ayant des compétences professionnelles prioritaires pour pallier le manque de main-d'œuvre qualifiée nécessaire à la reconstruction : 663 576 hommes sont ainsi renvoyés dans leurs foyers.


source wikipedia

bruno

Fonction : Membre DAAO
Section : Volksgrenadier
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 29
Localisation : Ercé en Lamée, 35, BZH

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum